Avis MADISON – Critique

by Arcadian
  • Résumé pour les paresseux
  • Noter
  • Avantages et inconvénients

C’est incroyable d’imaginer comment l’une des œuvres qui influencent le plus le genre d’horreur dans les jeux n’est même pas un jeu, mais un teaser jouable créé par Hideo Kojima en 2014. PT est toujours référencé dans plusieurs versions et MADiSON, de BLOODIOUS GAMES est plus un exemple de cela.

  • Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Depuis la sortie des premières bêtas l’année dernière, il était déjà possible de voir que l’objectif était d’essayer de recréer l’ambiance PT et d’offrir au joueur une expérience d’horreur complète. Mais la formule PT tient-elle encore après que tant de titres en aient utilisé et abusé pour créer leurs propres expériences ?

MADiSON est assez différent des autres jeux de ce style, après tout, il essaie de changer la formule par défaut en quelque chose de plus psychédélique et abstrait parfois. C’est comme mélanger PT avec Hellblade : Senua’s Sacrifice et il y a des moments où vous ne savez pas si vous avez peur ou si vous êtes confus.

Le joueur commence pris au piège dans une pièce étrange et sans plus d’explications. Il est possible d’entendre quelqu’un frapper à la porte et de remarquer une télévision sans signal en arrière-plan. Il ne faut pas grand-chose pour se rendre compte que l’objectif est de s’échapper de là et la salle finit par servir à présenter les mécanismes de contrôle et comment résoudre quelques énigmes simples dans le jeu.

Lorsque le joueur parvient à quitter la première pièce, il est déjà possible de voir que l’intégralité du jeu se déroulera à l’intérieur d’une maison. L’objectif est d’explorer les pièces et de résoudre toutes les énigmes pour tenter d’en savoir plus sur le passé de votre famille et les raisons pour lesquelles cette situation bizarre a commencé.

Au fil du temps, vous découvrez son nom : Lucca, et que sa famille est directement liée à un démon, une affaire de meurtre et un tueur en série. C’est assez déroutant au début, mais la façon dont les faits sont présentés finit par servir d’appât pour maintenir l’intérêt du joueur.

MADiSON n’est pas le genre de jeu qui donne beaucoup d’indices sur ce qu’il faut faire. Vous devez faire demi-tour et analyser chaque recoin de la maison pour savoir ce qui est nécessaire pour avancer. Le détail le plus intéressant est peut-être la mécanique de l’appareil photo polaroid, donnée à Lucca au début, et elle sert à voir des choses qui ne sont pas bien visibles.

La proposition initiale semble vraiment intéressante, mais quelque chose qui m’a fatigué, c’est la difficulté à trouver ce qu’il faut faire et surtout à trouver des objets éparpillés dans la maison. Je ne suis pas un grand fan des jeux d’horreur, mais quand ils ont une bonne histoire, je me lance. Mais MADiSON a fini par me frustrer et me faire perdre rapidement tout intérêt car il finit par caler encore et encore.

Peut-être que le cher ami lecteur se dit « ok, donc le problème c’est que tu ne sais pas jouer à ce genre de jeu ». Quelque chose avec lequel je suis même d’accord. Cependant, ce que je veux souligner ici, c’est que certains objets sont vraiment cachés puisque les mécanismes du jeu indiquent seulement que le joueur peut interagir avec quelque chose à des moments très précis.

Il y a des moments où vous vous approchez d’un tiroir pour recevoir le signal que quelque chose d’important est stocké à l’intérieur. À d’autres moments, cela ne se répète pas. C’est comme si vous ne pouviez pas faire confiance à ce mécanicien et essayer de tout fouiller devant vous, encore et encore et encore.

Sur le plan de l’histoire, MADiSON prend du temps pour livrer quelque chose qui fait vraiment peur. Au début, se promener dans la maison est juste déstabilisant. Il vous faut du temps pour enfin trouver quelque chose qui peut vous blesser et vous forcer à courir contre la montre pour résoudre les énigmes. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose, mais cela finit par apporter un certain marasme à certains moments.

Au fil du temps, le joueur découvre qu’il est peut-être progressivement possédé par un démon et c’est alors que les choses commencent à devenir incontrôlables. En plus des pièces sales et pleines d’objets bizarres, il y a des moments où vous entrez dans une pièce et voyez quelque chose de totalement impossible, comme si vous étiez littéralement entré dans une autre dimension ou plan d’existence.

Comme déjà mentionné ci-dessus, la caméra polaroid ajoute une nouvelle mécanique au jeu et en théorie, elle devrait aider le joueur à résoudre les énigmes ou à trouver le chemin. C’est quelque chose qui fonctionne bien, mais ça vous agace quand vous vous rendez compte qu’il n’y a rien là-dedans. Il y a certaines séquences dans le jeu où vous ne progressez que si vous photographiez une certaine partie du paysage, mais comme il n’y a pas de moyen exact de découvrir ou de déduire quels sont certains de ces endroits, préparez-vous à sortir photographier toute la maison dans le ouvert.

Mais si rien de tout cela n’a d’importance pour vous et que votre objectif principal est de vivre une expérience effrayante, préparez-vous car MADiSON excelle dans ce domaine.

Le jeu est plein de moments effrayants et parfois les choses deviennent vraiment, vraiment tendues. Cependant, la bonne chose à propos de MADiSON est qu’il ne commet pas l’erreur de présenter une expérience de cache-cache comme Alien Isolation, par exemple. Non pas que cette mécanique ne fonctionne généralement pas, mais elle ne s’appliquerait pas très bien dans l’espace limité de la maison où se déroule le jeu.

Dès lors, les principales frayeurs du jeu finissent par apparaître de deux manières : soit dans des moments scénarisés, soit par hasard, lorsque l’on se rend compte de détails très dérangeants. Cette façon de dérouler l’intrigue finit par garder le jeu intéressant et vous guide jusqu’à la fin de l’histoire.

Il y a encore un autre point qui m’a fait plus peur que tous les démons de MADiSON : les chutes brutales de framerate. À certains moments, la baisse est si importante que je me suis demandé si ce n’était pas ma console qui posait problème. J’espère sincèrement que le développeur parviendra à résoudre tous les problèmes techniques avant la sortie.

Au final, MADiSON est un jeu qui n’apporte rien de nouveau, mais qui fait peur et retient longtemps l’intérêt. Il sera probablement mieux accepté par ceux qui n’hésitent pas à investir du temps à fouiller dans tous les recoins des scénarios pour trouver quelque chose. Mais si ce n’est pas votre truc et que vous préférez quelque chose de plus « dynamique » comme Resident Evil 7 et 8, vous feriez peut-être mieux de chercher un autre jeu.

Résumé pour les paresseux

MADiSOn est un autre jeu d’horreur qui profite du style présenté par PT en 2014. Avec une histoire intéressante et des mécanismes qui n’apportent rien de nouveau, le jeu parvient à se maintenir grâce à quelques bons moments et à l’intrigue.

Les graphismes sont satisfaisants, mais la fréquence d’images par seconde peut parfois chuter.

C’est un bon jeu, mais gardez à l’esprit que ce n’est peut-être pas pour tout le monde.

Note finale

65

Apprenez-en plus sur nos méthodes d’examen en lisant notre guide d’examen.

avantages

  • bonne intrigue
  • La mécanique Polaroid fonctionne bien
  • Démêler l’histoire ne fait pas appel aux frayeurs forcées

les inconvénients

  • Battre la mécanique;
  • Le jeu empêche la progression en cachant « trop ​​bien » certains objets.

You may also like

Leave a Comment