Avis Panthère noire – Critique

by Arcadian
4/5 - (22 votes)
  • résumé pour paresseux
  • Note
  • Avantages et inconvénients

Il y a plus de 40 ans, au milieu des années 1960, au plus fort du mouvement des droits civiques des Noirs aux États-Unis, Stan Lee et Jack Kirby créaient la Panthère noire, le premier héros de bande dessinée d’ascendance africaine manifeste, qui amorcerait une forte mouvement pour représenter la communauté noire dans la bande dessinée, accompagné plus tard par la création de héros tels que Falcão, Tempestade et Luke Cage. Tout comme Marvel l’avait déjà fait avec les X-Men, Black Panther a toujours eu pour fonction de toucher la plaie, parlant clairement et directement de la ségrégation, du racisme et de l’injustice sociale.

Le défi d’amener Black Panther au théâtre n’était pas seulement de maintenir les critiques sociales dans lesquelles le personnage a été conçu, mais de les mettre à jour, car même si les Noirs ne sont plus obligés de se tenir debout dans les bus, le racisme structurel existe toujours. Pour représenter ce thème fort, dans un éclateur de bloc de l’un des plus grands studios d’aujourd’hui n’était certainement pas une tâche facile. Mais sans vouloir donner trop de spoilers, ils l’ont FAIT.

Si vous êtes tombé ici en parachute ou même allé au cinéma sans savoir qui est Pantera ou Wakanda, rassurez-vous, car dès le début le film prend un peu de temps pour expliquer au mieux ce qu’est Wakanda, comment il a été créé , les cinq tribus qui la composent et surtout l’importance de Pantera pour son peuple. L’impact commence déjà à ce moment-là, toute cette présentation est assez contemplative, soucieuse de démontrer que même si c’est une civilisation extrêmement avancée technologiquement, son isolationnisme lui a permis de conserver les cultures et traditions des peuples africains avant leur colonisation par les Européens.

Au milieu de tout cela se trouve le roi T’Challa, un jeune homme créé pour être le dirigeant de Wakanda, mais maintenant qu’il est sur le trône, il fait face à des questions difficiles, qui vont à l’encontre de la tradition de son peuple. Le principal est la politique de Wakanda de se cacher, sans s’immiscer dans les problèmes mondiaux, avec la justification de protéger son peuple et le vibranium que l’on trouve en abondance dans sa région.

Avis Panthère noire – Critique

À ce moment, nous sommes présentés au principal antagoniste de l’histoire, Killmonger. Tout de suite, il est déjà possible de dire qu’il est de loin l’un des meilleurs méchants jamais créés dans le MCU, une partie de ce mérite vient de l’excellente performance de Michael B. Jordan, livrant une interprétation du même niveau qu’il l’a fait dans « Creed : Born to Fight », mais cela n’est possible que parce que le scénario ne précipite jamais sa construction. En gros, on prend le même temps pour construire le héros et le méchant, ce soin est essentiel pour démontrer que tous deux ont la même intention et le même amour pour le Wakanda, mais alors que la Panthère cherche des solutions plus diplomatiques, Killmonger est le fruit de la haine où il a été créé et cherche à se venger de ceux qui ont historiquement asservi et colonisé son peuple.

Même s’il ne s’agit pas nécessairement d’un film politique, il est entièrement guidé par des enjeux politiques de la manière la plus variée, cependant, à aucun moment il ne prend parti ni ne crée une définition du bien et du mal, au contraire, les enjeux sont laissés ainsi ouvrez qu’à certains moments, vous venez même d’être en partie d’accord avec Killmonger. Cette attitude est prise précisément pour faire réfléchir le public sur les injustices subies par la communauté noire et comment ce comportement persiste encore sous les formes les plus variées dans la société d’aujourd’hui.

Mais on parle toujours d’un film de super-héros, n’est-ce pas ? Oui! Ainsi, ces thèmes lourds s’intègrent dans la formule bien connue de Marvel, qui gagne une nouvelle saveur grâce à des personnages uniques qui dégagent du charisme et nous conquièrent dès les premières minutes de projection. Shuri, la sœur cadette de T’Challa, est extrêmement amusante et ses interactions avec son frère servent à alléger l’histoire. Okoye, l’intérêt amoureux du roi, apporte également des réflexions importantes à des moments clés. Okoye, le chef des Dora Milaje, montre la force et la loyauté des guerriers wakandais. C’est autour de ces trois que tournent les principales scènes d’action du film.

Depuis qu’on rentre dans le thème, l’action du film se divise en extrêmes, quand le réalisateur Ryan Coogler a besoin d’utiliser beaucoup d’effets visuels il laisse vraiment à désirer, avec des scènes clairement fausses et peu créatives. Maintenant, en ce qui concerne les effets pratiques, en particulier à l’intérieur, Coogler propose un véritable spectacle. Sans entrer dans trop de spoilers, la scène du casino est tout simplement fantastique, avec une caméra beaucoup plus mouvante et risquant même quelques plans séquences, c’est le moment où l’action de Pantera brille.

Deux autres personnages dignes d’être mentionnés ici sont Ulysses Klaw alias Sonic Claw et l’agent Everett K. Ross, interprétés respectivement par Andy Serkis et Martin Freeman. Le duo sert de principal relief comique de l’histoire, du côté d’Ulysse, sa folie dans les moments tendus provoque de bons rires, d’autre part, Ross est l’étranger dans le nid médusé par toute la technologie présente à Wakanda.

Peut-être que si vous êtes extrêmement puriste du cinéma, vous pourrez trouver un défaut ou un autre dans le scénario, notamment au tournant du troisième acte, qui arrive à la dernière minute et finit par donner l’impression d’un acte final plus expressif, mais rien cela gêne considérablement l’expérience du film.

Tout comme Wakanda unit tradition et technologie, Black Panther parvient à être un excellent divertissement qui soulève également des questions politiques actuelles, apportant des messages puissants sur la représentation et la ségrégation historique. Plus qu’un film nécessaire, Pantera est un héros nécessaire pour une génération de jeunes et d’adultes qui se battront pour ne pas commettre les mêmes erreurs que leurs ancêtres.

Résumé pour les paresseux

Même si la formule bien connue de Marvel est fortement basée sur la comédie, Black Panther est une autre preuve que la Maison des Idées ne vit pas que de l’humour. Avec une intrigue très bien bouclée, le film parvient à divertir en même temps qu’il aborde des sujets de société importants et extrêmement actuels. Dans le même long métrage, vous vibrerez avec des scènes d’action très bien réalisées, sourirez avec quelques blagues pour briser la tension et réfléchirez sur les injustices historiques subies par la communauté noire. Une union pure et fidèle de tout ce qui représente la bande dessinée.

Note finale

90

Apprenez-en plus sur nos méthodes d’examen en lisant notre Guide des avis.

avantages

  • représentation du wakanda
  • Construction des personnages, en particulier du méchant
  • Excellent divertissement avec une critique sociale bien intégrée dans l’intrigue

les inconvénients

  • Le CGI est parfois très mal fait
  • Le dernier acte du film est un peu précipité.

You may also like

Leave a Comment