Avis Resident Evil Village (8) – Critique

by Arcadian
  • Résumé pour les paresseux
  • Noter
  • Avantages et inconvénients

Après être rentré chez lui avec Resident Evil 7, un jeu qui est presque un redémarrage en douceur de la franchise, Capcom a mis les idées et les concepts en mouvement dans Resident Evil Village (8), emmenant l’histoire dans un village isolé aux confins de l’Europe après la saga d’Ethan Winters, de Mia, la fille du couple et d’un Chris Redfield qui semble de prime abord méconnaissable dans ses attitudes.

Attention : cette critique ne contient pas de spoilers sur l’histoire du jeu

  • Acheter Resident Evil Village

Resident Evil Village est la suite directe de l’histoire de Resident Evil 7, se déroulant 3 ans après les événements de la ville de Dulvey en Louisiane. Ethan et Mia ont été placés sous protection et envoyés pour commencer une nouvelle vie en Europe et là ils ont eu une fille, Rose. De cette façon, ils ont essayé de continuer leur vie, mais les souvenirs de la terreur vécue par tous les deux les tourmentaient encore. Voici, une nuit, après avoir endormi Rose, Ethan et Mia se disputent au dîner sur le passé mais sont interrompus par un événement tragique qui mène au début du voyage d’Ethan dans le jeu.

Cela vous emmène directement à la Villa, un lieu étrange et labyrinthique dans la campagne européenne qui est gouverné par Mère Miranda et ses quatre « fils », les seigneurs Alcina Dimitrescu, Dona Beneviento, Salvatore Moreau et Karl Heisenberg. Chacun d’eux a sa propre zone de domaine dans le jeu – tous accessibles par le village, où Ethan doit relever des défis pour résoudre les mystères impliquant Mia, Rose, Chris Redfield et la mère Miranda.

Vieux concepts, nouveaux vêtements

Village a de nombreux concepts réutilisés et recyclés à partir d’autres jeux de la franchise, en particulier Resident Evil 7 et Resident Evil 4.

Un village reculé d’Europe gouverné par un personnage puissant et mystérieux qui compte sur quelques seigneurs comme protecteurs ? Pas étonnant et encore moins par coïncidence cela nous rappelle la structure de RE4.

Différents domaines avec différents défis où vous devez survivre et trouver des réponses à ce qui se passe ? Cette similitude suit également la structure de progression de RE7 – qui à son tour recherche déjà la même inspiration dans RE1.

Les deux jeux cités sont en fait à la base de la construction de la narration, de la progression et même du gameplay de Village. Le nouveau look donné à ces éléments aboutit à une combinaison intrigante qui est tout à fait satisfaisante pour le joueur. Le sentiment de progression combiné aux retours sporadiques au Village pour accéder à de nouvelles zones vous donne toujours ce sentiment « Je jouerai juste 10 minutes de plus pour arriver à la zone suivante », et toutes les dix minutes, il est facile de passer des heures dans le jeu découvrir de nouveaux secrets, relever des défis et accéder à des zones auparavant inaccessibles.

Un autre aspect qui aide beaucoup dans cette progression sont justement les différentes zones du jeu. Différent non seulement dans leurs scénarios mais aussi dans les défis. Vous traverserez des moments de tension extrême avec des bataillons d’ennemis sans fin, ainsi que des moments de pur suspense et des frissons dans le dos à travers des couloirs sombres pleins d’énigmes où le défi est de contrôler les émotions et de garder son calme.

Il y a une grande variété de gameplay à l’intérieur du Village : combats intenses et fous, furtivité, résolution d’énigmes, terreur psychologique, vitesse de réflexion… contrairement à Resident Evil 6, Village est extrêmement compétent pour assembler tous ces éléments très différents dans un jeu très façon cohérente et cohérente.

une expérience sensorielle

La variété des scénarios et des moments du jeu se reflète de manière très importante dans le visuel du jeu. Chaque zone a été soigneusement pensée et conçue pour donner une sensation différente au joueur, et cela se fait avec de belles constructions de décors et un level design des meilleurs jamais présentés dans la franchise à ce jour.

Le joueur se sentira immergé dans des scénarios tels qu’un village pauvre et oublié, plein de chemins bloqués et de couloirs labyrinthiques ; un château imposant et luxueux aux espaces immenses et raffinés ; les couloirs étroits d’un donjon ; une vieille maison du meilleur style européen, aux papiers peints délavés et bourrée d’objets vieillis ; parmi plusieurs autres zones méticuleusement construites pour transmettre différentes sensations.

Ces différentes sensations s’accordent parfaitement avec la variété de gameplay proposée par le jeu, et l’environnement rejoint les mécanismes de manière si fluide et organique que c’est presque comme s’il s’agissait d’un couple dansant qui passe par des rythmes différents mais sans jamais perdre la synchronisation. les marches.

En plus de cette adéquation parfaite entre décor et gameplay, fruit d’un travail de level design impeccable, Village est un jeu visuellement époustouflant – même se jouant sur une PS4 de base. Des scénarios absolument détaillés, où chaque petit élément semble être là pour une raison et pas simplement parce qu’il l’est. Le niveau de détail dans chaque zone du jeu a sans aucun doute été soigneusement conçu pour être la cerise sur le gâteau du décor, et se traduit par un jeu où vous pouvez passer des heures et des heures à profiter des différents détails qui composent chaque zone de le jeu.

Si les visuels du jeu sont époustouflants, le système audio est un autre point fort. Des voix et des effets de premier plan aident à guider le joueur dans une atmosphère effrayante et oppressante, tandis que des sons de fond, parfois à peine perceptibles, ajoutent encore plus de poids à l’atmosphère du jeu et laissent le joueur dans un état d’alerte constant, prêt à mettre le doigt sur la gâchette. ou bien fuir le danger comme s’il n’y avait pas de lendemain.

Si vous en avez l’occasion, jouez à Resident Evil Village avec un bon casque. L’expérience gagne ainsi beaucoup de points d’immersion et vous pouvez profiter du jeu dans toute sa splendeur technique et expérimenter les sons qui tourmentent Ethan tout au long de son voyage presque en personne.

Un pas dans l’autre sens…

Lorsque Resident Evil 7 est sorti, on parlait beaucoup de la qualité du jeu, mais c’était loin d’être un vrai Resident Evil. Je suis fortement en désaccord avec cela, car RE7 s’inspire fortement de RE1, et malgré le début d’un nouvel arc dans la franchise et étant un jeu à la première personne, il a conservé toute l’essence d’horreur de survie caractéristique de Resident Evil.

Avec Village, ce genre de discussion prend encore plus d’importance qu’avec son prédécesseur. La vérité est que malgré le maintien de l’essence de Resident Evil avec l’exploration, le retour en arrière, des objets rares, de nombreuses énigmes, du suspense et plusieurs autres éléments d’horreur de survie, Village fait un pas dans la direction opposée à la franchise, du moins en termes d’intrigue.

Le lien entre le jeu et le noyau de la franchise est assez fragile. Cela ne fait pas de Village un mauvais jeu, au contraire, en le comparant directement avec RE7, c’est un bien meilleur jeu dans pratiquement tous les aspects, à l’exception de la connexion avec le reste de la franchise, et cela provoquera certainement des réactions indésirables de la part de les fans plus irritables.

On dira beaucoup dans les mois à venir que Village est un excellent jeu et un mauvais Resident Evil, et malgré tous les arguments liés à la mécanique, au décor, au climat et au gameplay, le facteur histoire a tendance à peser beaucoup dans cet aspect. Honnêtement, j’ai eu des sentiments mitigés juste après avoir terminé le jeu : j’ai adoré le gameplay, la progression et tout ce que j’ai vécu dans le voyage d’Ethan, mais l’histoire du jeu – en particulier son (manque de) connexion avec le reste de la saga m’a un peu laissé tomber .

Un autre point à soulever comme négatif est la quantité d ‘«absurdités» qui se produisent dans le jeu. D’accord… Resident Evil n’est pas forcément une franchise guidée par le réalisme, mais même au sein de ce scénario Village ça dépasse un peu la limite, et même si tous les événements absurdes sont expliqués de manière relativement satisfaisante dans les événements du jeu, il y a ce sentiment de « WTF? ».

les yeux sur l’avenir

Il est plus clair que jamais que Resident Evil suit désormais deux lignes : une de plus destinée aux fans de l’ancien et du désir qui est dirigée par les récents remakes de Resident Evil 2 et Resident Evil 3, et marche fermement vers le service des fans et pour la nostalgie.

L’autre ligne va dans le sens de l’avenir, abandonnant de nombreux concepts qui empêchaient la franchise d’innover et d’abandonner les personnages et les résolutions fatigués et surutilisés. Cette ligne a commencé dans Resident Evil 7 et maintenant renforcée par Village, se dirige vers un avenir plein de possibilités et en même temps très incertain et qui suscitera de nombreuses questions et doutes chez les fans.

Ce genre de situation tend à créer encore plus de division et de dissidence parmi les fans d’une franchise avec un public déjà tellement divisé et ségrégué. Bien que Village soit un jeu courageux plein de mérites, le pari de Capcom était assez élevé principalement à cause des pourboires que le jeu laisse, mettant en échec l’avenir de la franchise telle que nous la connaissons.

Personnages, thèmes, histoires, possibilités… tous ces points sont suspendus après le dénouement de Village, qui peut être un grand succès ou une erreur catastrophique selon l’accueil des fans et les décisions que prendra l’entreprise pour la franchise au fil les prochaines années. ans.

Mais alors, Resident Evil Village en vaut-il la peine ?

Village évolue et s’améliore sur pratiquement tous les aspects et concepts commencés dans Resident Evil 7, à l’exception de son histoire et de la façon dont il se connecte à la franchise dans son ensemble.

Le jeu est fortement inspiré des concepts et des mécanismes de son prédécesseur, Resident Evil 7, ainsi que de Resident Evil 4. Il mélange et revisite avec compétence plusieurs de ces concepts créant une expérience d’horreur de survie très compétente et immersive.

Le jeu propose de nombreux hits, comme l’un des meilleurs level design jamais vus dans la franchise. De beaux scénarios, des tonnes d’exploration et une progression extrêmement invitante pour le joueur à suivre avec le joystick collé à la main et les yeux et les oreilles attentifs à tout ce qui se passe dans le jeu. Village est avant tout une expérience sensorielle, à voir, à entendre et à ressentir dans ses moindres détails.

Les principaux points négatifs sont dus à son lien fragile avec le passé de la franchise, et à quelques combats de boss peu inspirés.

C’est un excellent jeu de survie d’horreur et une expérience qui vaut la peine d’être jouée. Si le jeu est un bon Resident Evil dans le cadre général de la franchise, seuls le temps et les futures décisions de Capcom le diront.


Le jeu a été analysé sur PlayStation 4 dans une copie fournie par Capcom-Unity Brazil. Les opinions contenues dans le texte reflètent la pensée de l’auteur de l’analyse et non celle de Critical Hits dans son ensemble.

Résumé pour les paresseux

Village évolue et s’améliore sur pratiquement tous les aspects et concepts commencés dans Resident Evil 7, à l’exception de son histoire et de la façon dont il se connecte à la franchise dans son ensemble.

Le jeu est fortement inspiré des concepts et des mécanismes de son prédécesseur, Resident Evil 7, ainsi que de Resident Evil 4. Il mélange et revisite avec compétence plusieurs de ces concepts créant une expérience d’horreur de survie très compétente et immersive.

Le jeu propose de nombreux hits, comme l’un des meilleurs level design jamais vus dans la franchise. De beaux scénarios, des tonnes d’exploration et une progression extrêmement invitante pour le joueur à suivre avec le joystick collé à la main et les yeux et les oreilles attentifs à tout ce qui se passe dans le jeu. Village est avant tout une expérience sensorielle, à voir, à entendre et à ressentir dans ses moindres détails.

Les principaux points négatifs sont dus à son lien fragile avec le passé de la franchise, et à quelques combats de boss peu inspirés.

C’est un excellent jeu de survie d’horreur et une expérience qui vaut la peine d’être jouée. Si le jeu est un bon Resident Evil dans le cadre général de la franchise, seuls le temps et les futures décisions de Capcom le diront.

Note finale

80

Apprenez-en plus sur nos méthodes d’examen en lisant notre guide d’examen.

avantages

  • Des visuels magnifiques et un son impeccable.
  • Mécanique de jeu soignée et intuitive
  • L’un des meilleurs designs de niveau de toute la franchise.
  • développement de l’intrigue
  • quelques bons antagonistes
  • retour en arrière
  • cartes labyrinthiques

les inconvénients

  • Beaucoup d’absurdités dans l’histoire (même pour un RE)
  • L’arc de l’histoire a une connexion très forcée avec le reste de la saga
  • Aucune conception de transformation de patron de créativité
  • batailles mégalomanes
  • La scène finale laisse un gros « WTF » dans la tête du joueur

You may also like

Leave a Comment